Cela fait plus de deux ans, que les "lanceurs d'alerte" indique à l'État qu'il y a un risque fort à entrer dans l'eau dans votre océan, du fait d'une inquiétante prolifération de gros squales côtiers
 
Face à cela, la communauté scientifique et ceux qui se prétendent de la protection des animaux ont crié dès le départ au mensonge : le risque était "acceptable" selon eux, il ne s'agissait que d'un simple problème de comportement.
 
L'État un peu embarrassé, mais pas du coup désappointé (par cette solution de l'autruche) à juste rappelé que les activités nautiques se faisaient "à nos risques et périls", Et que de toute façon "le risque zéro n'existait pas"...en sort a toué mon ticanar...
 
Rejetant si besoin la responsabilité sur les communes...
 
Il faut dire que la législation est compliquée entre le maire responsable dans la bande des 300 m et le préfet au-delà…
Nos requins n'avait pourtant que faire de cette barrière virtuelle, résultante de ces prérogatives.
 
Et ainsi, pendant deux ans, il n'y avait semble t'il pas "PAS DE DANGER" anormal à l'île de la Réunion.
 
Comment ont œuvré les artisans de l'immobilisme institutionnel dont nous subissons aujourd'hui la conséquence directe ?
 
Au début, l'argument invoqué pour innocenter le requin pour les deux premières victimes ( 19 février et 15 juin 2011) était : "c'était la fin de journée et il y avait eu des pluies".
 
Après quand les attaques ont eu lieu vers 14 heures et 15 heures en dehors de tout épisode pluvieux ( 5 juillet et 19 septembre 2011) d'un coup, telle une illumination, nos détracteurs ont annoncé "oui mais il y avait des vagues et quand il y a des vagues il ne faut pas surfer !"
 
Toujours plus fort, quand un kayak s'est fait couper en deux débuts octobre 2011 vers 10 heures du matin, dans une eau limpide sans vague, après avoir tenter de faire croire que ce kayakiste était en train de pêcher, depuis le bout du monde une protectrice des squales est intervenue depuis les USA pour expliquer à nous, petits sauvages, que "les requins confondaient les pirogues tahitiennes avec des baleineaux", ben oui, c'était évident...
 
Et puis après en juillet/aout 2012, quand tout ces alibis volèrent en éclats avec une attaque mortelle et une attaque grave de plus, d'un coup tout ce beau petit monde s'est mis à chanter en coeur : "c'est la pollution"...
 
Toujours dans la perspective d'un requin innocent, en sous nombre selon eux.
 
D'ailleurs, lorsque démarrera la campagne de pêche ciguatera en aout 2012, ils s'empressèrent d'aller attaquer tous les arrêtés visant la pêche, et réussir même à mettre ce programme en difficulté
 
Jusqu'ici vous suivez ?
Et là, en 2013, alors que le nombre de pratiquants avait été divisé par 100, survient 2 attaques mortelles en l'espace d'à peine deux mois !!!!
 
Pensez-vous que ces gens-là auraient arrêtés leur funeste besogne ???
 
Et ben non ! Avec un aplomb et un culot époustouflant, ils nous ont tout simplement demandé de fermer l'océan pour laisser place à un vaste parc à requin...
 
Ainsi, si vous avez suivi, ils ont sans cesse réajusté leur discours pour minimiser à chaque fois le danger requin, poussant ainsi la crise jusqu'à son paroxysme, jusqu'à l'interdiction totale...
 
Et nous finalement de notre côté, nous avons assisté presque impuissant à cette incroyable dépense d'énergie pour innocenter les requins dans l'opinion et jusqu'à devant les institutions à chaque attaque depuis plus de 2 ans.
 
 
Et puis survint le coup de théâtre inattendu lorsque le maire de Saint Leu poussa avec succès l'État jusqu'au conseil d'état.
 
Cette plus haute instance juridique de notre pays en analysant la situation et à la lueur de l'accident du 15 juillet sur la petite Sarah a décrété subitement qu'il y avait un "DANGER DE MORT" totalement INCONCEVABLE dans le cadre d'une activité nautique normale/habituelle...
 
Question :
 
Est-ce que le danger de mort est apparu subitement le 15 juillet 2013 à l'insu de notre plein gré ?
 
Sachant que les requins vivent à peu près une vingtaine d'années, où ils atteignent la taille maximale de 3 m/3,50 m pour les bouledogues et jusqu'à plus de 6 m pour les tigres, et en admettant que les requins responsables soient des requins adultes, cela veut dire que dés 2011 (et un peu avant) nos côtes étaient déjà INFESTÉES de gros prédateurs...
 
Comment analyser le rôle de tous ceux qui ont tout fait pour minimiser le risque, et perpétuer un statu quo, persuadés à les entendre d’œuvrer pour le "bien commun" ?
 
Finalement, cela ne correspondrait pas simplement au fait d'avoir passé deux ans à masquer la VÉRITÉ ???
 
Oui mais l'erreur est humaine me direz-vous...
 
Pourtant, il s'agissait bien de l'ensemble de la communauté des scientifiques et spécialistes qui se sont exprimés en ces termes à ce sujet. et il y avait des vies humaines en jeu...
Auraient-ils tous été à ce point incompétents ???
Pas un seul d'entre eux pour s'inquiéter de tous les signes alarmants qui remontaient du terrain ?
 
Ben apparemment non… En tous les cas aucunes traces d'une quelconque inquiétude de leur part dans les médias en deux ans de crise : "it's ok !"
 
Alors, est-ce que le risque est apparu d'un coup du jour au lendemain le 15 juillet 2013 ???
 
Non, ne vous y trompez pas le risque n'est pas apparu d'un coup de baguette magique, il y a effectivement des gens qui soit ont tout fait pour le cacher pendant deux ans ou soit ont fait preuve d'une très grande incompétence.
 
Comble de la perversion ? Ces mêmes personnes ont rabâché en boucle (le pire, c'est que tout est disponible dans l'historique sur Internet) qu'il ne s'agissait que d'un "problème de comportement" face à des requins peu nombreux et bien sûr innocents.
 
Et dans le même temps, comme ils ne voulaient pas accepter une quelconque part de responsabilité dans la mort des activités nautiques, ils ont tout fait pour inciter les usagers de l'océan a continué à entrer dans l'eau, et en mettant une pression sur nos institutions en dénigrant systématiquement TOUT nos messages d'alerte depuis deux ans.
 
Est-ce que ces personnes ont une part de responsabilité ? l'avenir nous le dira probablement
 
En attendant, si le gouvernement français ferme la mer et s'apprête à durcir les mesures envers les contrevenants, c'est parce qu'il y a UNE TRÈS GRAVE CRISE SANITAIRE A LA RÉUNION (comme le confirme encore récemment les documents officiels transmis hier)
le #scandalerequin n'est plus très loin...
 
Alors la question se pose ?
 
QUI est responsable de cette fermeture ?
 
1) Est-ce ceux qui disent qu'il y a un risque fort depuis deux ans (OPR/PRR) et qui n'ont JAMAIS été écouté NI par l'État NI par les institutions ? (très facile à prouver puisqu'ils ont toujours fait durant deux ans l'inverse de nos recommandations, sic)
 
2) Ou ceux qui ont freiné TOUTES les mesures de réduction du risque passant par la mort de quelques requins, et qui ont plongé petit à petit notre île dans la crise requin, dans une véritable IMPASSE aux conséquences économiques sociales et humaines sans précédent???
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Partagez cet article

FacebookTwitter