Comme nous l'avions annoncé au cours des réunions organisées par Arnold Jaccoub (chargé de l'étude sociologique) pas plus tard que la semaine dernière :

 Le fait que l'État refuse toujours de reconnaître qu'il ne s'agit pas QUE d'un problème de comportement à l'île de la réunion mais bien un problème sanitaire grave, ces attaques sont entre d'exacerber et les tensions racistes et anti surfers, et la situation continue de s'aggraver...

 Bien sûr, vous allez dire qu'il y a imprudence et non-respect de l'interdiction, mais c'est un peu comme si vous tentiez d'interdire un citoyen d'entrer dans son propre jardin, où il passe sa vie depuis l'enfance, et alors que celui-ci  est visible de toutes les pièces d'une maison devenue prison... mais sans barreaux... 

Alors forcément au bout d'une année d'interdiction et surtout les éternelles incertitudes, la tentation finit par devenir plus forte que tout,  plus fort que la raison...

 Et alors que beaucoup semblent s'accommoder de cette gestion de crise "à la française", pendant ce temps la Réunion continue de brûler... Déjà qu'elle était très mal en point...

Voir un exemple des dérives qui ce sont désormais renforcés plus que jamais dans tous les forums avec un exemple d'un média télé local, où les insultes RACISTES, les appels au lynchage à la mort sans aucune considération pour la personne humaine s'étalent au plein jour...https://www.facebook.com/linfo.re/posts/10154388566335092
(Nous n'osons même pas vous mettre le lien des autres médias Internet ou là, renforcé par l'anonymat c'est pire que tout...)

 Avec des journalistes qui demandent maintenant "qui va payer" ? ( hier soir au journal d'antenne question posée à Patrick Serveaux  président de l'IRT, et article polémique du JIR-clicanoo d'hier soir) sous-entendu "contre qui il faut concentrer la haine" ?

 c'est sûr que c'est bien plus sympathique de demander aux pratiquants nautiques mutilés et à leurs familles de payer, plutôt que de demander à tout ceux qui (et la liste est longue) :
-se sont opposés depuis trois ans et demi maintenant à la pêche des requins à des fins préventives, alors qu'elle constitue une solution incontournable pour traiter un problème de prédateurs marins et sortir de la crise.
sont intervenus dans le cadre de procédures juridiques pour s'opposer à toute forme de pêche
sont intervenus dans tous les ministères parisiens pour empêcher toutes les mesures à l'île de la Réunion
conseillent directement les autorités locales et nationales
ont chargé la responsabilité individuelle à chaque accident
ont écrasé piétiné en long en large et en travers le discours des lanceurs d'alerte des juin 2011

 comme nous l'avions déjà annoncé en 2012, il se peut que bientôt on ne puisse plus se balader à l'île de la Réunion avec un T-shirt "Quiksilver" ou tout autres signe d'appartenance au nautisme...

 la crise requin est en train d'appauvrir plus que jamais l'île de la Réunion et les gens vont avoir besoin de s'exprimer violemment, et en en discutant avec certains,on finit par se demander si ce n'est pas l'objectif de l'État français ???

 Pourquoi la commission interministérielle en octobre 2012 a lourdement insisté auprès de la ligue de surf pour savoir si "les pratiquants du pôle espoir surf sont que des "blancs" ???

 l'État est parfaitement conscient du glissement ethnique et n'a pas l'air d'être gêné par cette situation.

 En même temps, il s'agit résultat direct de la politique engagée par l’État dès 2011sur les bons conseils de ces "spécialistes", et qui ont visé à réduire la crise requin un problème de comportement ZOREIL.... car il ne fallait pas toucher aux requin-totem

 L'opinion a besoin de boucs émissaires, l'opinion a besoin de coupables et de sacrifices... et l'État l'a bien compris... l'État a laissé pourrir la crise  (malgré des soubresauts actuels de bonne volonté) car l'État est toujours allié avec nos pires opposants, 

et vient de le prouver de façon cinglante en accordant même l'asile politique au pire d'entre eux, au plus grand gourou des activistes des océans, dont les actions violentes et exagérées sont pourtant reconnues par tous

Et avait même été dénoncé par le précédent ministre des affaires étrangères Monsieur Alain Juppé en février 2012 en ces termes : " LA FRANCE NE PEUT SOUTENIR SEA SHEPHERD qui semble privilégier des actions qui sortent du cadre de la légalité et des principes essentiels de la sécurité en mer, dont ses équipages peuvent être les premières victimes"

Tout est dit tout est écrit,  tout a été fait...ou n'a pas été fait...

 Toutes les études en sciences humaines, en cours où déjà écrites vont dans le sens de noss arguments... vous ne pourrez pas empêcher la vérité sur ce scandale d'éclater au grand jour tôt ou tard...

Surtout quand on connaît les tractations occultes en cours entre l'État français et la méga O.N.G. au service des intérêts américains PEW, qui est en train de s'accaparer nos océans
 Voici en passant la raison invoquée (au sujet du pourquoi de la politique requins sans précédent lancée en France) par un des grands dirigeants de PEW USA en mail privé : ".../...Many countries will likely never become a shark sanctuary, but for those that want to, we work with them on policy development, outreach, research, and enforcement.../..."


 Vous aurez compris que l'incroyable politique requin mené par la France actuellement n'est pas justifié par un constat de surpêche ni même de pêche, mais s'inscrit bien dans l'action d'un puissant lobbying géopolitique, et devant lequel nous avons tout simplement été sacrifiés,  car nous sommes le caillou dans le pied, la maladie honteuse de la France face à ses puissants partenaires qui ont investi plus de 100 millions pour ridiculiser les attaques de requins depuis 10 ans et surtout s'opposer à toute idée de  réduction du risque par la pêche.

 Pour rappel, voici le positionnement du vice président de PEW le 31 décembre 2013 dans le média le plus influent de la planète : http://www.nytimes.com/2013/12/31/opinion/save-the-shark-save-the-world.html?_r=0
Il faut bien avoir en tête que le requin est devenu le principal alibi pour la nouvelle conquête du troisième millénaire, celle des océans pour comprendre pourquoi notre situation avance aussi lentement...


 En attendant, pour revenir à la situation actuelle, on se demande bien à quoi sert une étude sur la communication à 150 000 €  ???  Elle aurait pas pu servir à éviter ce genre de dérapage ? Apparemment non...

 Vincent a commis le "crime dans d'entrer dans l'océan", il n'a pas su résister ...

   Et devant le constat d'une perfection quotidienne des vagues ici, il est comme beaucoup condamné à l'exil ou à vivre dans une cage dorée...

 Ces insultes et ces injures révèlent le profond malaise que nous tentons de vous expliquer : les activités nautiques sont ethnicisées à l'île la réunion et votre piétinement  finira par conduire tôt ou tard vers des dérapages... qui auraient pu être évités si il n'y avait pas une telle stigmatisation initiale, ou si les grands acteurs fait l'effort d'inverser la tendance en tentant de rattraper cette dérive ethnique.

 voici l'analyse qui en avait été faite en 2011 par la seule et unique étude sociologique de référence : " le surf est historiquement un sport d’origine bourgeoise.../... Cette réalité ne fait pas exception à la Réunion où les sports nautiques sont majoritairement pratiqués par les métropolitains (Duret, Cubizolles, Naria, & Maillot, 2008). Dans ce cadre, porter sur la scène publique le débat conduit à son ethnicisation et à la nécessité de déconstruire l’image stéréotypée du surfeur « bon à rien »". (« Le risque requin, mise en risque de la pratique du surf à la réunion » Marie Thian-bo Morel, revue STAPS n°99, « De l’incertitude à l’incertain » mars 2013)

 Face à cela quelle aura la réaction des autorités et des médias ?  la même que celle de nos opposants à savoir exacerber la haine envers notre communauté, soit par des attaques directes soit par des "sous-entendus."

 En plus d'avoir tué l'économie balnéaire l'Etat est en train de réussir à déshonorer le nom même de notre île la Réunion en conduisant à exacerber le racisme plus que jamais et à servir la cause des extrêmes qui n'ont pas manqué de s'engouffrer dans cette aubaine

 Vous ne pourrez pas raisonner les 150 passionnés résiduels,  car de toute façon sans l'océan c'est la folie, l'exil ou la mort ... alors ils préfèrent affronter les gendarmes, l'incompétence française et l'opprobre...

 Un pays occidental comme la France vérolée par les scientifiques-contemplateurs et les activistes animalistes de tous bords n'est pas capable de gérer un tel problème de prédateur...

 il suffit de regarder la situation avec le loup actuellement pour comprendre "l'efficacité française"... avec 6000 bêtes tués par an, l'État n'arrive même pas à faire passer la mort d'un loup à des fins de prévention

 

 il semble bien qu'il ne soit plus possible au XXIe siècle de régler un problème de prédateurs car la puissance du lobby écolo et la montée de l'animalisme empêche désormais toute idée de résolution rapide et efficace...

 

 certains diront : de toutes façons il n'y a pas de solutions

 

Ah bon ??? Il suffit de prendre l'exemple des Seychelles, avec une campagne de régulation, l'intervention urgente de Gérémy Cliff en deux semaines qui installa des filets, et une relance immédiate de la pêche traditionnelle et de la consommation
 résultat plus aucune attaque grave depuis les deux attaques mortelles de 2011,  avec des records de tourisme en 2012 et 2013...

 

 voir ici l'intervention du ministre du tourisme seychellois qui assume sans aucun complexe la pêche préventive à des fins de consommation SANS ÉTUDES BIDONS :http://www.linfo.re/Ile-de-la-Reunion/Economie/589945-Une-bonne-nouvelle-pour-les-Seychelles?ps=866645

 

 Et ce retour à la pêche consommation est assumé sans aucune honte dans leur communication, voici une parution dans le journal de leurs compagnies aériennes du mois de juillet 2014 :
https://www.facebook.com/633503850029398/photos/a.664399143606535.1073741898.633503850029398/750589298320852/?type=1&theater

Il convient de noter que les autorités à la Réunion, interrogées sur ces « mesures » seychelloises avaient bien pris soin de les dénigrer directement : « Nous ne pouvons pas cautionner cet abattage de requins dont l’impact négatif sur l’image de l’archipel sera bien plus important que le bénéfice » avait-on pu entendre de la part d’un haut fonctionnaire local de la préfecture en septembre 2011.
 
Même la ministre de l’écologie de l’époque, Nathalie Kociusko-Morizet, en visite dans l’île en décembre 2011 indiquera que « l’expérience de pêche massive aux Seychelles n’avait pas été bénéfique en terme d’image ».
Pourtant les Seychelles sont devenues la 1ère destination touristique de l’océan indien dès 2012 et on détrôné l’île Maurice. http://m.indian-ocean-times.com/L-ile-Maurice-cede-sa-premiere-place-de-leader-touristique-de-l-Ocean-Indien-aux-Seychelles_a925.html

 Comme vous le savez tous, si la jeune Sarah n'avait pas été sacrifiée le 15 juillet 2013, où en serions-nous ?
 Où en serions-nous si il n'avait pas s'agit d'une simple baigneuse à cette époque ?
 Où en serions-nous si cela avait été un surfeur ?

 Continuez les réunions et les blabla, et continuer d'être les téléspectateurs passifs d'une descente vers le chaos le plus absolu... en croisant les doigts ou en préparant vos valises...
 
Cela ne fait QUE trois ans que nous vous disons qu'il y a urgence...



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Partagez cet article

FacebookTwitter