Aujourd'hui 22 mars 2016, c'est pas moins de cinq requins bouledogue qui ont été pêchés en une seule nuit, devant St Louis (3 prélevés et 2 juvéniles marqués et relâchés)

 

Aujourd'hui en mars 2016, 2 plages populaires sont protégés par des filets (non-létaux). C'est une fantastique avancée car ces 2 pistes vertes offrent un lieu de pratique sécurisé à 100% pour les familles et enfants, public que l'on ne peut pas prétendre exposer à un risque pareil.

 Or, le dispositif des filets est limité tant par le coût d'installation... que celui de la maintenance... sans compter que le principe d'une résistance à nos houles australes ou cycloniques et encore bien loin d'être validé.

 Mais en dehors des filets, ce sont des centaines d'irréductibles qui chaque jour entre à l'eau dans des zones non protégés à leurs simples risques et périls, car la passion mêlée au puissant sentiment d'invincibilité que procure le chevauchement des vagues, est plus forte que tout. Rien sauf la mort n'aura raison d'une pratique devenue quasi vitale, avec des conditions idylliques irrésistibles qui s'offrent à tous presque tous les jours.

 Sans compter les tigres (probablement plus nombreux mais moins accidentogène) plus de 70 bouledogues d'une moyenne proche de 3 m ont été enlevés des eaux en l'espace de trois ans à l'île de la Réunion par les programmes officiels (et peut-être une dizaine par des pêcheurs amateurs).

 Même si notre risque a continué à demeurer exceptionnel en 2015 avec deux morts et 2 blessés en un mutilé grave, est-il possible qu'à partir de 2016, le bénéfice du programme de pêche (Caprequins) commence à porter ses fruits sur le terrain ?

 Ainsi, les questions pourraient être diverses :

-Combien de drames supplémentaires aurions-nous connu si ces 70 bouledogues de grande taille n'avaient pas été tués entre 2013 et aujourd'hui ?

- Comment notre société a pu se déhumaniser à un point tel que le respect de la vie ou de l'intégrité physique d'un humain semble pour beaucoup peser moins que quelques poissons ?

- Combien de vie aurions-nous pu sauver si les 39 autres bouledogues de grande taille marquée en 2012-2013 n'avaient pas été relâchés devant les plages ?

- Combien de temps arriverons-nous à maintenir la politique publique engagée alors qu'elle est sous une pression forte et constante écologique (montée de l'animalisme) et économique (cherté des programmes) ?

- Que se passera-t-il si je nous n'arrivons plus à maintenir notre engagement et notre pression politique en faveur d'une poursuite du programme de pêche ?

-Alors même que la pérennisation de la prévention par la pêche/commercialisation étant la seule perspective viable économiquement parlant, comment se fait-il qu'encore en 2016 l'État "les caisses vides" refuse totalement toute idée de ré-autorisation de la commercialisation ?

- Quelle est la part de responsabilité de tous ceux qui se sont opposés à la pêche de ces prédateurs dangereux en 2011 alors même que l'état actuel des captures ne laisse plus aucun doute sur leur prolifération ?

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Partagez cet article

FacebookTwitter