Cela fait 4 ans le 12 avril 2019, qu’Elio, 13 ans, est mort des suites d’une attaque de requin, survenu aux aigrettes, à Saint-Gilles Les Bains. Peu avant le 14 février de la même année, Talon, une jeune baigneuse en vacances, décédait elle aussi à l’Étang-Salé.

Aujourd'hui, la situation demeure pire que jamais : toujours aucune zone protégée, et de plus en plus de personnes, désabusées par une politique publique inadaptée, qui se remettent à l’eau, sans aucune protection.

année

Nb de morts

 2011

2

 2012

1

 2013

2

 2014

0

 2015

2

 2016

0

 2017

2

 2018

0

 2019

1… ?

Après une année 2018 sans attaque, l’optimisme semble être de mise tant chez les scientifiques que chez les pratiquants. La vérité que beaucoup préfèrent voiler, c’est qu’ici il n’y a plus de règles. Pourtant, peut-on être optimiste quand on sait que nous avons connu 2 décès à chaque année impaire depuis 2011, alors que les années paires, telle 2018, ont été plutôt synonyme de répit… éphémère.

 Nous en sommes déjà à 10 morts et 5 mutilés graves, et ce n’est pas suffisant pour le gouvernement ? Faut-il attendre 20 morts et 2030 ,pour qu’enfin les mesures de bon sens réclamées par les acteurs du terrain soient enfin mises en œuvre ?

 Nous demeurons face à une obligation de moyens, car en plus des vies humaines en jeu, nous  continuons d’être privés d’un pan économique essentiel. Et pour l’instant, le compte n’y est pas puisque aucune évolution de la Réserve Marine n’est encore envisagée, tout comme l’indispensable reprise de la commercialisation, qui continue d’être refusée.

 La mort d'un pêcheur bichique en début d'année 2019 témoigne d'un risque toujours démesuré, en plus de prouver que nous sommes bien loin d’un problème de « surfeurs ».

La crise requin est loin d'être derrière nous !

 L’île de la Réunion a concentré en 2017 40 % des attaques mortelles de la planète.

 Pour l’instant en 2019, nous concentrons 100 % des attaques mortelles de requins pour toute la planète !!! Sur 19 attaques recensées, une seule a été mortelle : à l’île de la Réunion !

 (liste officielle ici http://www.sharkattackfile.net/incidentlog.htm ).

 Dans le même temps, nos autorités et institutions locales continuent de se féliciter de leur « gestion fine », avec déjà 10 millions d’euros dépensés vainement, et devant un océan « interdit » provisoirement… depuis presque six ans !

liste des attaques mondiales pour 2019 (au 15 avril)